Accueil > Ma vie de Français à l'Etranger > Oui, je suis Expat’ et Non, je ne reviendrai pas
Expatrié

Oui, je suis Expat’ et Non, je ne reviendrai pas

Voilà, je l’avoue : « Oui, je suis expat’ mais non, je ne reviendrai pas… ». Est-ce qu’on vous pose aussi souvent cette question ?

Une réponse inattendue entraîne parfois une incompréhension totale de vos amis ou de votre famille : pourquoi ne voulez-vous pas revenir en France ? Mais oui, la Fraaaance, c’est bien tout de même !

Mise en situation

Généralement, tout commence lors d’une soirée chez des amis… Vous essayez de vous fondre tranquillement et discrètement dans la masse mais on repère très vite que vous n’êtes pas du pays. Ne vous faites pas d’illusions, la majeure partie du temps, c’est à cause de votre accent

Aaaah vous êtes donc français… A partir de ce moment-là, les questions fusent. Vous savez par où la discussion va commencer : « tu viens d’où ? » et par quelle remarque elle va finir « j’étais l’année dernière en vacances dans le Sud de la France, à Village-pommé-les-Fossés… Ah booon, tu ne connais pas ? C’est quand même une ville d’un peu plus de 3 000 habitants… ».

Oui, les allemands s’imaginent toujours que vous connaissez forcément le petit patelin dans lequel ils ont passé leurs vacances ! Non, la France c’est grand et je ne connais pas chaque ville ou village…

Présentations

Bon, c’est vrai qu’avoir toujours à se présenter en long, en large et en travers peut être un peu énervant. C’est un peu comme si vous deviez expliquer votre CV de vie, en justifiant tous vos choix.

Mais eh, les expats français, ne vous plaignez pas ! Y avez-vous déjà réfléchi ? Si on vous pose autant de questions, c’est parce que généralement la France est un pays qui plaît ! Au final, c’est assez facile pour nous : tout le monde a déjà entendu parler de la France et sait la placer sur une carte (ou à peu près :p ).

France vu par

Pensez aux lettons, aux togolais ou aux surinamiens… Qu’est-ce que cela doit être embêtant pour eux de devoir re-situer leur pays à 90% de leurs interlocuteurs !

La France, un Pays qui plaît ? 

Lorsque vous dites « je suis français », on vous répondra la plupart du temps par un « Ooooh, c’est vrai ? ». C’est naturel, notre pays a la côte et fait souvent rêver.

En comparaison, si vous parlez à quelqu’un qui vous dit « Je viens d’Australie », vous ne pourrez pas non plus vous empêcher de répondre « Ooooh, vraiment ? ». Peut-être que c’est la TV et le cinéma ou simplement notre imaginaire collectif mais c’est comme ça… Quand on nous parle de l’Australie, on pense forcément à l’océan, aux surfeurs et au soleil…

C’est peut-être la même chose lorsqu’on dit qu’on vient de France. Quelle est la première image qui vient à l’esprit selon vous ? La Tour Eiffel, les champs de lavande, le Mont Saint-Michel ? Je demanderai la prochaine fois… 

Collage France - Tour Eiffel Lavande Mont Saint-Michel© Milton Correa / Francois Philipp / Iullian Ursu via Flickr

Bref, vous l’avez peut-être remarqué mais pour certains pays, le fameux « Ooooh » ne sort pas. « – Je viens de Roumanie », « – Ah… il n’y a pas trop de Roms là-bas ? ». Hum, Racisme et préjugés… J’exagère peut-être, mais seulement un tout petit peu. Certaines nationalités sont moins bien loties que d’autres…

Quoiqu’il en soit, après vous avoir posé tout un tas de questions, on vous demandera : « Et tu ne comptes pas retourner en France ? ». Pour moi, la réponse est toujours claire et limpide : Non.

Mais là, problème : En trois lettres, vous avez mis à bas toutes les pensées idylliques que votre interlocuteur se fait de la France (si si, rappelez-vous : la Tour Eiffel, les champs de lavande, le Mont Saint-Michel)…

Il se dira qu’il y a forcément quelque chose qui cloche : chez vous ou dans l’idée qu’il se fait de votre pays. Oui, car si vous, pur français de souche, ne souhaitez-pas vivre en France, c’est qu’au final cela ne doit pas être si génial…

Alors quelle est la raison pour laquelle vous ne souhaitez pas vivre en France et vous empiffrer de baguette, fromage et cuisses de grenouille jusqu’à ce que mort s’en suive ?!

Ma justification est toujours la même : j’aime vivre à l’étranger car cela me permet d’apprendre quelque chose de nouveau chaque jour. Cela ne peut être qu’une expression, un mot, une habitude de vie ou même une spécialité culinaire, peu importe, c’est la découverte d’une culture différente qui m’intéresse. Bon, à ce point-là de la conversation, je passe peut-être pour une intello…

Mais beaucoup de gens ont malgré tout du mal à admettre que je ne souhaite jamais revenir dans mon pays d’origine. Moi, je ne trouve pas cela si grave…

Et l’éloignement avec la Famille ? 

Goodbye © Kellan via Flickr

Et pour voir la famille ? Bien sûr tout dépend du pays dans lequel vous souhaitez vous expatrier mais si vous vivez comme moi à Düsseldorf, vous serez peut-être plus près de votre famille en vivant à l’étranger qu’en habitant par exemple dans le Sud de la France.

En habitant dans un pays frontalier, vous aurez choisi une « expatriation facile »... mais il n’y a pas forcément besoin d’aller loin pour vivre un autre type de vie !

Et puis au final, je trouve que l’éloignement a ses avantages aussi : lorsque vous verrez votre famille, vous aurez plein de choses surprenantes à leur raconter, ils pourront venir vous rendre visite dans votre nouveau pays, vous pourrez faire de petits week-ends dans des villes se trouvant à mi-chemin de vos deux domiciles… Tout un tas de choses, qu’on ne penserait pas forcément à planifier lorsqu’on est séparé que par quelques minutes ou heures de route !

Et puis maintenant, il est si facile de rester en contact via Skype, Whatsapp ou Messenger que vous pourrez appeler vos proches tous les jours si vous le souhaitez, sans même dépenser un centime ! 🙂

L’incompréhension qui persiste 

Valises© Lasse Christensen / Natasha Mileshina / Rainer Hungershausen via Flickr

Mais parfois, tous ces beaux arguments ne suffisent pas et il arrivera bien souvent qu’on ne comprenne pas votre raisonnement : « c’est bizarre tout de même ces gens qui souhaitent renier leurs origines »… Oui, j’ai déjà entendu cette phrase !

On vous dira alors que si ça se trouve vous rencontrerez quelqu’un et vous finirez par rentrer vivre en France… Et là, vous savez que la personne avec qui vous discutez ne vous comprendra pas… Alors résigné, vous répondrez « Oui, peut-être »... tout en espérant continuer à vivre le plus longtemps possible à l’étranger.

Qu’en pensez-vous, vivre à l’étranger est-ce aussi pour vous une chance et une belle opportunité ? Ou est-ce que ce type de vie demande trop de compromis et une trop grande capacité d’adaptation ?

Vous avez aimé ? Partagez !

A propos de Marie

Marie
Après avoir vécu en Allemagne de manière alternée pendant plus de deux ans, je me suis enfin installée à Düsseldorf et je compte bien y rester... Pour toujours ? Non, la vie d'expatrié, c'est fait pour bouger ! Découvrez avec moi les petites manies des allemands (mais aussi des français !) et apprenez à tolérer et comprendre le pays dans lequel vous vivez !

17 commentaires

  1. Le coup du « rencontrer quelqu’un » est intéressant parce que ça suppose un peu que la personne rencontrée sera française. Dans mon cas, j’ai rencontré un anglais lors d’un stage à Londres et du coup c’est devenu une raison de plus de rester. Je pense comme toi que vivre à l’étranger est une opportunité géniale. J’ai vécu ma première expérience d’expat en Roumanie (ça m’a fait sourire que tu la cite d’ailleurs), bah vas expliquer à un roumain que toi française tu as choisis d’aller vivre dans son pays, ils comprennent rarement 🙂 Et justement le côté différence culturelle, linguistique, le choc culturel, le challenge permanent je trouve ça très stimulant. D’autres personnes trouveront au contraire que ça fait peur et ne voient pas l’intérêt de se mettre volontairement dans une situation comme ça. Maintenant je suis en Angleterre depuis 2010 et en discutant avec les nouveaux arrivant, je peux dire assez rapidement qui restera ou pas en fonction du discours qu’ils tiennent.
    Pour finir, je ne sais pas comment tu vois les choses mais pour moi la vie à l’étranger c’est un peu une addiction. Parfois j’en ai marre de l’Angleterre mais plutôt que de rentrer en France je me verrais plutôt vivre dans un autre pays 🙂

    • Marie

      Oui entièrement d’accord, je ne sais pas pourquoi mais les gens s’imaginent toujours que la personne qu’on rencontrera à l’étranger sera française, alors que la probabilité de se mettre avec un français vivant à l’étranger est beaucoup plus faible… De plus, si ce français y vit, il y a une raison et il ne souhaitera peut-être pas non plus retourner en France…
      Ah bon ? Je ne savais pas que tu avais vécu aussi en Roumanie 🙂 C’est un peu triste que même les roumains réagissent comme cela et qu’ils ne soient pas un peu plus fiers de leur pays 🙁
      Comment est-ce que tu remarques que les nouveaux arrivivants ne vont pas rester longtemps ? Ils parlent trop souvent de ce qui leur manque ou y a t’il aussi autre chose ?
      Oui, moi c’est pareil, je ne veux pas rentrer en France car en fait la France m’ennuie. Je ne me vois pas rester non plus tout le temps en Allemagne mais j’aimerais bien explorer d’autres pays en y vivant à chaque fois entre 3 et 5 ans : l’Asie et le Canada sont des régions dans lesquelles j’aimerais beaucoup vivre… On verra bien ! 🙂

  2. Hello Marie 😉

    J’ai beaucoup aimé ton article et puisque tu demandes le point de vue de tes lecteurs, je vais te donner le mien … Vivre à l’étranger, c’est la possibilité de vraiment bien connaître un pays, une langue et une culture, et tu ne pourras jamais avoir le même aperçu (même en 2 mois) avec de simples vacances ! Quand on est jeune, c’est super cool de voyager et voir de nouveaux horizons. Mais je pense que certaines personnes sont plus douées pour cela que d’autres. Sans compter qu’ils y a des aspects professionnels plus « expatriables » que d’autres (ex: le droit du travail s’exporte mal, à part pour les contentieux frontaliers/expats justement).

    En ce qui me concerne, je pense sincèrement avoir une date de péremption à l’étranger, qui se situe entre 1 et 2 ans (après je me lasse). Mon pays me manque, mais aussi le fait de n’avoir aucune remarque ou ne faire aucun effort pour parler ma langue maternelle, mais aussi mon boulanger et fromager … Tout cela m’a vraiment manqué lors de ma deuxième année en Allemagne ! Après un certain temps, on se rend compte que pour vraiment s’intégrer, il faut toujours s’adapter et changer certaines habitudes françaises … Et personnellement, certaines choses sont tellement inscrites dans mon patrimoine génétique que je serai triste de les laisser tomber (je pense notamment à prendre le temps de manger, se poser à la terrasse d’un café, AIMER se lever tard …).
    Sans compter le fait qu’on sera toujours considérés comme français et ramenés à cela. Ma grand-mère italienne, exemple d’intégration (55 ans de vie en France) se disait française et fière de l’être, mais souffrait du fait que quand elle entrait dans un magasin, on lui rappelait qu’elle était étrangère avec son accent. Ce n’était pas méchant, mais mais arrivée à 23 ans elle en avait marre !
    Mais il y a des personnes qui sont plus flexibles (ou pour lesquelles cela est moins important) qui peuvent très bien s’accommoder, en tout cas mieux que moi ^^

    Bien sûr, il y a des aspects négatifs et positifs dans tous les pays, mais j’ai tendance à plus facilement accepter les aspects négatifs en France, sûrement par le fait que je les trouve négatifs moi-même en tant que française, ce qui me conforte dans l’idée que ça pourrait changer un jour … Alors qu’en ce qui concerne quelque chose de négatif à l’étranger (selon moi), le fait que la plupart des gens y adhèrent me fait dire que ça ne changera jamais (consensus sociétal) et c’est très démotivant.

    Après, j’aimerai repartir vivre un an à l’étranger, mais dans un nouveau pays pour découvrir justement ! Et puis on ne sait pas de quoi la vie sera faite ! Etant avec un latino-américain, la question se pose forcément : « où allons-nous vivre » ? Si on est avec des belles personnes, je pense qu’on peut vivre n’importe où après un certain temps d’adaptation.

    Conclusion : Pour être tout à fait honnête, je trouve ça tout aussi hard pour toi que tu dises que tu ne souhaites pas revenir en France, comme ça l’est pour moi de dire  » je veux que mes enfants vivent en France ». Le poids des années nous fera certainement nuancer nos propos et il y aura certainement des pro/contra en balance !

    En tout cas, ça fait longtemps qu’on a pas fait une session skype, alors il va falloir y remédier bientôt ! gros bisous ! 🙂

    • Marie

      Hello Alizée ! Merci beaucoup pour ton commentaire, je trouve très intéréssant d’avoir des réactions sous mes articles, cela ouvre la discussion et me permet aussi de penser un peu différemment 😉
      Oui, entièrement d’accord : voyager, c’est génial et cela ouvre l’esprit mais pour connaître vraiment un pays et une culture, mieux vaut y vivre pendant quelques années.
      Pour le travail, malheureusement c’est vrai, c’est aussi un peu pour cela que j’ai décidé de me réorienter car le droit n’est pas pratique pour changer de pays régulièrement.
      C’est vrai, le fait d’être tout le temps vu d’abord comme une française est quelque chose qui pourrait m’énerver à force, je l’admets… Même si je m’exprime parfaitement dans la langue locale, je ne perderai jamais mon accent et serait toujours catégorisée en tant que française. Avoir cette étiquette en permanence doit être au bout d’un moment très agaçant !

      Par contre, pour moi c’est tout le contraire : lorsque je rentre en France, j’ai dû mal à accepter toutes les petites choses que font les français et qui m’énervent. Les grèves, devoir attendre à la Poste, les serveurs malpolis, le métro délabré… Si ces choses arrivent aussi à l’étranger, au moins je peux dire : « aahh… ces allemands » et me réassurer que ces petites différences sont dues à leur façon de penser ou leur éducation qui est différente. Du coup, je les acceptent beaucoup plus facilement.

      Ahaha, forcément oui c’est peut-être un peu dur ce que j’écris, il y a un peu de provocation aussi dedans, pourquoi ?
      J’en ai marre que tout le monde puisse accepter que quelqu’un ait envie de revenir en France à un certain moment de sa vie alors que si c’est le contraire, les gens ne peuvent s’empêcher d’émettre des doutes et des réserves.
      Bien sûr, on ne peut jamais savoir ce que l’avenir nous réserve, mais pourquoi est-ce que je n’aurais pas le droit d’être aussi sûre de mes opinions qu’un expatrié qui affirme qu’il voudra revenir vivre en France à un certain moment de sa vie ? Si lui pense être convaincu d’une certaine chose alors je le peux moi aussi ! 😉

      Ouiii, on skype très bientôt, on a beaucoup de choses à se raconter ! 🙂

  3. Super ton article Marie. C’est amusant , je disais à Bernd et Sierieg que tu ne voulais pas revenir en France, et ils n’y croyaient pas trop et justement se disaient que peut être tu rencontreras un compagnon et reviendra en France . C’ est amusant car ils supposent, alors que tu vis en Allemagne, que le compagnon sera français .
    Le problème de la vie d’expat c’est que tu restes toujours un expat, tu ne t’intègres jamais vraiment , et ça , peut être que ça finit pas peser. On a quoi qu’il arrive besoin de racines, et quoi qu’il arrives tu te sentiras toujours française . Tes origines culturelles sont françaises et tu ne les changeras pas, à tous niveaux, culinaires, vestimentaires, culturelles … La France te manqueras parfois .

    • Marie

      Merci beaucoup ! 🙂 Oui, je ne sais pas pourquoi les gens s’imaginent toujours que c’est après avoir rencontré un copain (français et à l’étranger de sucroit, quel paradoxe !) qu’une personne retournera dans son pays d’origine. C’est un peu vieille France cette façon de penser !
      Oui, avoir toujours l’étiquette de français est quelque chose qui pourrait m’énerver à force, c’est vrai ! C’est peut-être la seule chose qui pourrait me faire retourner en France afin d’être enfin un peu « comme tout le monde ».
      Cependant, même si la France me manquera parfois, je pense que j’aime plus la France en étant partie. C’est lorsqu’on est loin qu’on apprécie beaucoup plus un petit bout de fromage français, ses films ou tout simplement sa culture en général. La question est donc : qu’est-ce qui pésera le plus dans la balance ? Le manque de son pays d’origine ou le plaisir de vivre à l’étranger ? Je pense connaître la réponse 😉

  4. Marie. Cela fait des semaines que je me demande que répondre car autant il y a plein de choses que je comprends, autant… d’autres me laissent songeuse. Ce n’est pas parce qu’on ne souhaite pas forcément revenir qu’on doit renier ses origines – du côté de maman on connait puisqu’ils ont quitté l’Italie. Et parfois, même si tu ne reviendras peut-être pas en France, il y a des moments dans la vie où la vie nomade peut être remise en question. Mais là, c’est la vieille avec enfants qui parle 😉 allez, écrire sur ce claviervde téléphone est pénible… On en parlera peut être de vive voix un de ces quatre 😉 D’ici là, bonne continuation.

    • Marie

      Oui je suis d’accord Mylène : »renier ses origines », c’est une réflexion qu’on m’a faite. Pour certaines personnes, vouloir vivre à l’étranger pour le reste de sa vie n’a pas l’air d’être acceptable…
      Ahahaha oui c’est vrai, il ne faut jamais dire « jamais » mais pour l’instant, j’ai tellement du mal à m’imaginer devoir revenir en France que cela me semble actuellement complètement impossible et improbable !
      Oui avec plaisir, sûrement à Noël, ce n’est finalement pas si loin maintenant ! A très bientôt et des bisous à toute la famille ! 🙂

      • En fait, je voulais dire que pour moi passer le reste de sa vie à l’étranger ne rime pas avec renier ses origines.
        Chacun à ses raisons de rester ou pas à l’étranger, et je ne me permettrais pas de dire que c’est acceptable ou non.

  5. Un de mes colègues allemands m’a posé la question fatidique il y a de ça une semaine ! « Tu vas rentrer en France à un moment donné…? ». Je lui ai dit aussi que ce n’était pas dans mes plans pour tout de suite et que pour le moment ça ne me donnait pas trop envie… Il a aussi été étonné, disant que c’est fou qu’un si beau pays fasse fuir ses jeunes, etc. Tout comme cet engouement de tous les étrangers pour Paris, alors que beaucoup de Français n’aiment pas la capitale… Bref ! On se comprend !^^

    Et personnellement je pense aussi comme toi, ce n’est pas en étant en Allemagne qu’on habite loin de notre famille. Malheureusement pour notre famille ça restera « oh la la tu es tellement loin maintenant…! ». Et à moi de leur répéter sans cesse… »il y a le TGV direct Paris-Francfort, c’est seulement 4h…je mettais plus de temps pour faire Normandie-Strasbourg ».

    Enfin, j’imagine qu’il faut le vivre pour le comprendre. Mais presque tous les expat’s que je rencontre veulent rester à l’étranger et ne prévoientt pas de retour en France… (sauf souvent les Parisiens…^^).

    • Marie

      Aaah cela me fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à réagir comme cela, Laure ! 🙂
      Oui, le pays a l’air parfois de beaucoup changer la donne mais finalement, il n’y a rien de plus facile que de voyager dans l’Union Européenne !
      Je pense que notre « génération Erasmus » est très ouverte au changement et cela ne tend qu’à s’accentuer : plus tard, peu importe le pays où on vivra : grandir dans un pays de l’UE, étudier dans l’autre et fonder une famille dans un troisième n’aura plus vraiment d’importance !

  6. Bonjour Marie, La vie est faite de hasards et j’aurais pu travailler en Allemagne et y vivre mais ma vie s’est déroulée dans la banlieue parisienne. Lorsque je dis en Alsace que je vis en banlieue parisienne, on me dit: Ah bon à Saint Denis avec les arabes et ce bien avant les derniers événements. Je ne sais pas si tu passeras ta vie en Allemagne ou France mais il faudra choisir. Tant qu’on est célibataire on peut bouger mais il faudra bien que tu fondes une famille à moins que tu ne fasses le choix d’une vie de célibataire qui ne doit pas être facile non plus. Bonne chance et à toi de faire tes choix. Jean-Paul.

    • Marie

      Bonjour Jean-Paul et merci pour ton commentaire 🙂
      Oui, c’est vrai, tout est une question de choix et aussi parfois de hasard… On verra où la vie me mène : cela pourrait être l’Allemagne, la France ou tout autre pays… Il est tellement facile de voyager de nos jours (et j’espère que cela restera comme cela) ! A bientôt !

  7. Bonjour Marie,
    désolé de rebondir sur le fil si tard, mais je viens de découvrir ton blog (tout à fait excellent d’ailleurs, bravo!).
    Comme dit Manu Larcenet, les racines, c’est bon pour les plantes. Expatrié en Allemagne depuis assez longtemps (et maintenant à Düsseldorf aussi pour la petite histoire), je pense également que le choix de s’établir ou pas quelque part ne devrait surtout pas être « définitif ». Parfois la vie nous réserve des surprises et des opportunités qu’il serait dommage de ne pas suivre parce qu’on veut s’ancrer quelque part. Et si ca implique de partir à l’étranger, c’est bien aussi. Ca n’a rien à voir avec le fait de renier ses origines, il s’agit juste des priorités que chacun se donne et de son approche du monde. Si un jour le vent me repousse vers la France, pourquoi pas. Mais si ca devait être ailleurs… ca peut le faire aussi! Notre Europe sans frontières (pourvu que ca dure!) est une bénédiction de ce point de vue.
    Lorsqu’on me demande si je veux un jour rentrer en France (effectivement, au moins 3 fois par semaine), ma réponse est invariablement que je ne sais pas. Parce que ce n’est pas si important in fine, l’important étant d’être bien là où on est. Bonne continuation. Sylvain

    • Marie

      Bonsoir Sylvain,
      Merci de rebondir ! Même un peu après la publication, les avis restent toujours aussi intéréssants 🙂
      Oui l’Europe sans frontières, cela facilite vraiment l’expatriation ! Je m’en rends compte en parlant avec mes amis américains qui doivent renouveller régulièrement leur visa et trouver un sponsor…

      J’aime bien cette idéee du vent qui nous porte quelque part ! Pas besoin de réfléchir au pays mais on ne se ferme pas des portes en considérant toutes les possibilités !

      Au fait, si tu habites à Düsseldorf, que tu t’appelles Sylvain, que tu es français et que cela fait plusieurs années que tu vis à l’étranger, je pense qu’on s’est déjà rencontré à un Expat MeetUp, il y a quelques mois 😉

      A bientôt en tout cas !
      Marie

  8. HUNAULT Olivier

    Nous vivons en Bretagne, le dos tourné à l’Europe mais face à la mer, nous avons décidé de nous rendre en Allemagne pour nos vacances cet été. Que d’incompréhensions de la part de nos amis ! Tous les clichés sur les Allemands ont défilés ! (rires). La plupart d’entres eux ne voyagent jamais à l’étranger: C’est le problème majeur des Français, après les langues étrangères viendront: autre tare bien nationale !
    Ravis de nos vacances en Bavière, on nous pose beaucoup de questions sur ce pays et nos enfants ont changés; Il y a un autre monde à coté de nous …
    Le sois disant « modèle social français » C’est pathétique d’entendre ça de nos jour !
    Personnellement, je trouve l’urbanisation en France complètement obsolète par rapport au sud de l’Allemagne. Quelle claque! Paysages superbes aussi.
    Mais le plus important : Mes enfants sont remotivés pour l’apprentissage des langues étrangères !
    Amicalement

    • Marie

      Bonjour Olivier, Oui c’est vrai que des vacances en Allemagne, cela peut surprendre un peu, surtout en été ! Mais l’Allemagne est vraiment très beau, surtout la Bavière ! 🙂 J’aime aussi beaucoup Heidelberg et Hamburg, je vous conseille aussi de les visiter !
      Les voyages, c’est ce qu’il y a de mieux pour découvrir une culture ! Et félicitations pour vos enfants qui apprennent l’allemand 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *