Accueil > Ma vie de Français à l'Etranger > Mon Incroyable Aventure : Renouveler son Passeport !
Passeport

Mon Incroyable Aventure : Renouveler son Passeport !

Il arrive parfois qu’être expatrié ne vous facilite pas vraiment la vie, surtout en ce qui concerne les procédures administratives… Pour moi, c’était le passeport. Après plus d’un an, des centaines d’euros dépensés en billets d’avion aller-retour Paris-Düsseldorf, des refus, des incompréhensions et pas mal de malchance, je vais vous démontrer qu’être expatrié n’est pas de tout repos et que vouloir renouveler son passeport peut devenir une vraie galère !

Tout a commencé en 2012 (oui cela remonte !)… Je rends visite à une amie pour cinq jours à Madrid. L’avion atterrit, je sors du Terminal, je retrouve mon amie et tout de suite, direction le métro. On papote, la vie est belle !

En arrivant à la sortie de la station, je cherche mon ticket dans mon sac. C’est bizarre, la fermeture est ouverte… Je regarde et là, stupeur ! Je n’ai plus mon portemonnaie, on me l’a volé ! Je n’ai absolument rien senti, aucune idée du moment auquel on me l’a pris. Avec le recul, je pense que j’étais une cible vraiment facile : une touriste étrangère arrivant de l’aéroport…

Je n’ai donc plus d’argent mais surtout aucun papier pour rentrer (ma carte d’identité était dans mon portefeuille)… Du coup, au lieu de passer ma première soirée à Madrid à faire la fête, nous l’avons passé au commissariat. Super !

Après quelques heures d’attente, c’est mon tour ! J’explique la situation, je me suis fait voler mon portefeuille et il me faut une déclaration de perte. La communication est difficile. L’agent de police ne parle pas anglais, je ne parle pas espagnol, du coup c’est mon amie qui s’occupe de faire la traduction. La policière me demande le numéro de ma carte d’identité, je ne le connais pas (je ne suis pas la seule, rassurez-moi ?). En tout cas, en Espagne, il est apparemment fréquent de connaître ses numéros d’identité par cœur. Elle me demande alors le numéro de mon passeport, je ne le connais pas non plus. Impasse. Au bout d’une demi-heure, j’ai finalement une belle déclaration de perte… en espagnol et dont je ne comprends pas un mot…

Environ deux ans plus tard, après quelques voyages et des allers-retours Düsseldorf-Paris, ma mère et moi décidons de faire ensemble un week-end à Prague. Pour voyager, j’utilise mon passeport puisque je n’ai plus de carte d’identité.

Cependant, le lendemain de notre arrivée, après le petit-déjeuner, la réceptionniste appelle dans notre chambre. Un peu surprise, je réponds au téléphone.

« – Good morning, excuse me Miss, could you please come down at the reception with your passport, there’s the police waiting for you…

– The police ?! »

De plus en plus étonnée, ma mère et moi nous munissons toutes deux de notre passeport et descendons à la réception.

Effectivement, pas un mais trois policiers nous attendent de pied ferme ! Devant le ridicule de la situation, on ne peut s’empêcher de sourire. On se croirait vraiment dans un film !

Les policiers me demandent mon passeport, l’examinent, font la moue et me disent qu’il semble être déclaré volé et qu’il est peut-être fiché à Interpol. Volé ? Fiché où ça ?!

La situation devient carrément folle : mon passeport et moi seraient donc fiché à Interpol, l’organisation internationale de coopération policière.

En comparant les dates, je comprends que l’erreur a été faite à Madrid : c’est mon passeport et non ma carte d’identité qui a été déclaré volé ! Il leur aura fallu tout de même plus de deux ans pour me retrouver…

Cependant, les policiers sont restés très évasifs. Que faire ? J’avais pu voyager jusque-là, est-ce que je devais vraiment changer de passeport ?

De retour en France, direction le commissariat pour essayer d’en savoir un peu plus… On me répond qu’ils ne peuvent pas m’aider. Même chose à la mairie, la préfecture et l’ambassade…

Finalement, lors d’un passage aux douanes à l’aéroport de Beauvais, ma mère demande au garde-frontière s’il peut vérifier dans son système. Après avoir insisté, il accepte et confirme que mon passeport est bien déclaré volé et fiché à Interpol…

Je me retrouve donc avec un passeport que je ne peux pas utiliser même s’il a été déclaré volé à tort. Impossible pour la police de changer son statut. Nous sommes fixés, il faut donc le renouveler.

Mais là, ce n’est que le début des problèmes…

Düsseldorf n’est pas très éloigné de la maison de mes parents en France, dans la banlieue parisienne : seulement une heure en avion. Je décide donc de refaire mon passeport dans la mairie de ma ville natale : je connais la procédure et en français cela sera plus simple. Très grave erreur…

Je reviens une première fois d’Allemagne pour chercher un dossier et surtout donner mes empreintes (ce qui est obligatoire lors de la création d’un passeport).

Lorsqu’il sera fait, il faudra revenir dans les trois mois pour le chercher. Est-ce que je peux donner procuration à ma famille pour qu’ils le récupèrent à ma place ? « Non, il faudra revenir pour donner à nouveau vos empreintes, Mademoiselle » et « Attention, il faudra venir dans les trois mois après la notification de l’arrivée de votre passeport sinon nous serons dans l’obligation de le détruire ! ». Ah, okay…

Je comprends qu’on ne peut pas discuter avec l’administration, je devrai revenir, je me résigne.

Seulement voilà, quatre semaines plus tard, on m’informe que mon passeport a été mal découpé à l’imprimerie nationale. Quoi ? Mais c’est possible ça ?! Pire, on me dit qu’il faut déposer un nouveau dossier et refaire tout depuis le début (attestation de logement, 2 photos d’identité, remplir le dossier en lettres capitales au stylo noir…), que de malchance, je ne veux pas y croire !

Après de longues négociations, les personnes responsables acceptent de m’envoyer le dossier à Düsseldorf pour que je le remplisse, le signe et l’envoie par la Poste. Au moins c’est déjà ça, je ne suis pas obligée de me déplacer une fois supplémentaire.

C’est fait, le dossier est envoyé mais je dois quand même revenir en France pour chercher mon passeport et donner mes empreintes une seconde fois. Je rentre donc en avion pour le week-end.

Samedi, 10h, j’arrive à la réception de la mairie pour enfin récupérer mon passeport. Sauf que… on me dit qu’il y a un problème au niveau national : la machine pour prendre les empreintes est en panne… Ils ne peuvent donc pas me le rendre ! Nooon…

Je suis maudite ! Impossible de les convaincre de me le rendre sans pouvoir donner mes empreintes. A la mairie, personne n’a le moindre signe de compréhension pour ma situation même si tout est de leur faute. Non, ils ne peuvent pas me le rendre ni l’envoyer par la Poste. Ils peuvent peut-être l’envoyer à l’ambassade mais ils ne sont pas sûrs… De toute façon, l’ambassade est à Berlin et le Consulat en charge des papiers d’identité est à Francfort, autant dire qu’il est tout aussi pratique pour moi de revenir à Paris.

Il n’y a aucune solution, je dois revenir et dans le mois qui suit de surcroit car au-delà, le délai de trois mois sera dépassé : ils auront le droit de le détruire. La bureaucratie me tuera…

Deux semaines plus tard, je dois donc prendre un vol (et le payer à nouveau !) pour chercher à nouveau ce passeport. Départ à 6h le samedi matin pour être à 8h à la mairie. Je me lève à 4 heures pour me rendre à l’aéroport. Encore pas très réveillée, je me dirige vers la porte et l’ouvre… Ou plutôt essaye de l’ouvrir.

C’est bizarre, la porte n’est jamais fermée à clé de l’intérieur. Bon, je sors mes clés de mon sac, fais un tour dans la serrure mais au deuxième tour, cela bloque. Je me dis « Marie, tu n’es pas réveillée, il est 4 heures du matin, ressaisis-toi ! ». J’essaye dans l’autre sens, cela ne fonctionne toujours pas.

Ma clef est peut-être cassée, je commence à paniquer. J’ai 1h30 avant que le guichet d’enregistrement ne ferme et je suis coincée dans mon appartement.

Je réveille mes deux collocs, « Est-ce que vous pouvez m’aider ? », elles savent que je dois attraper mon avion et que c’est la dernière chance pour récupérer mon passeport qui sera détruit la semaine prochaine à cause du délai de trois mois. J’ai l’impression qu’il s’agit d’une bombe à retardement.

Elles ne râlent pas, même si elles ont été réveillé en pleine nuit et à trois, nous essayons d’ouvrir la porte. Rien à faire, elle est bloquée.

Il n’y a plus de temps à perdre, je tape sur mon téléphone « Schlüsseldient (serrurier) Düsseldorf » et appelle le premier numéro que Google me propose. A la centrale, j’explique à la femme qui répond qu’il y a urgence : « Je suis bloquée dans mon appartement mais j’ai un avion dans 1h30, dans combien de temps le serrurier sera-t-il là ? ». Réponse : « Zwanzig Minuten » (20 minutes).

En attendant, mes colocataires et moi-même essayons toujours d’ouvrir la porte sans succès. Je passe en revue dans ma tête, toutes les autres options qui me permettraient de sortir de l’appartement : « et si j’essayais de sortir par la fenêtre ? » avant de revenir à la raison : « Non Marie, tu habites au quatrième étage, on se calme ! ».

Mais pendant que je cherche le meilleur moyen pour sortir de l’appart’, il me vient en tête que la porte d’entrée de l’immeuble sera aussi surement fermée à clé ! Je n’aurai jamais mon avion…

Finalement vingt minutes plus tard, le serrurier arrive. Je lui jette les clefs par la fenêtre pour qu’il puisse ouvrir la porte en bas de l’immeuble puis appelle directement un taxi, il me reste environ trois quart d’heure.

Pendant ce temps, le serrurier ouvre la porte de l’immeuble, monte jusqu’au 4e étage et de l’extérieur, tourne la clef de l’appartement dans la serrure… ça marche ! (le verrou était cassé, il a fallu une heure pour le remplacer et autant dire que pour faire venir un serrurier à 4h du matin, la facture était élevée…).

Quoiqu’il en soit, ma colloc’ me pousse à l’extérieur de l’appartement, je dévale les escaliers et saute dans le taxi qui arrive au même moment. Je dis au chauffeur qu’on doit aller à l’aéroport et si possible…vite. Il me répond : « Ja, ich kann schnell ! » (Oui, aller vite, je sais faire) et appuie sur l’accélérateur.

J’arrive finalement à l’aéroport à l’heure. Je connais le Terminal par cœur et passe tous les contrôles en une dizaine de minutes. J’arrive à Charles de Gaulle, on me cherche à l’aéroport et me dépose directement à l’hôtel de ville.

Après cette malchance incroyable, je fais une courte prière pour que tout se passe bien à la mairie : « Pitié, pourvu qu’il n’y ait pas de grève, pas de panne, pas de problèmes… ». Mes vœux sont exaucés, ça y est, on me remet enfin mon passeport en main propre !!!

Sans exagérer, lorsque je l’ai eu dans mes mains, cela ressemblait un peu à ça : My precious…

La morale de l’histoire ?

En tant qu’expatrié, même s’il est plus simple de faire ses papiers d’identité dans une mairie en France, évitez-le à tout prix ! En cas de problèmes, les coûts de transport risquent d’être élevés…

Pour info : Il est possible de récupérer des cartes nationales d’identité dans les consulats lors d’une tournée consulaire. Toutefois, pour une demande de passeport biométrique, vous serez obligé de vous rendre à Francfort. Pas très pratique…

Je vous souhaite en tout cas plus de chance que je n’en ai eu pour renouveler vos papiers d’identité ! Personne ne devrait subir cette galère !

Vous avez aimé ? Partagez !

A propos de Marie

Marie
Après avoir vécu en Allemagne de manière alternée pendant plus de deux ans, je me suis enfin installée à Düsseldorf et je compte bien y rester... Pour toujours ? Non, la vie d'expatrié, c'est fait pour bouger ! Découvrez avec moi les petites manies des allemands (mais aussi des français !) et apprenez à tolérer et comprendre le pays dans lequel vous vivez !

4 commentaires

  1. C’est incroyable ton histoire! Je suis aussi expat depuis plusieurs années, mon passeport a été refait juste avant mon départ donc c’est encore bon pour quelques années mais c’est vrai qu’on est pas à l’abris d’un vol ou d’une perte. J’imagine que s’enregistrer au Consulat peut simplifier les choses quand il faut refaire des papiers, non?

  2. Marie

    Ahahaha oui ! J’ai eu tellement de malchance pour refaire ce passeport qu’à la fin cela en devenait presque iréel !!! Heureusement j’habite en Allemagne donc cela n’était pas si grave…(on ne contrôle même plus mes papiers d’identité lorsque je fais le trajet Paris-Düsseldorf 😉 )
    Mais bon, cela aura été tout de même une sacré histoire ! Oui j’avoue que la prochaine fois, j’essayerai de refaire mes papiers autre part que dans ma ville d’origine car cela peut vite tourner au cauchemard 😉
    (Sinon bravo pour ton blog sur Londres, il est vraiment trés intéréssant même pour ceux qui n’y habitent pas et je le suis depuis quelques mois déjà !). A très bientôt Lucie 🙂

  3. Hallo Lucie,
    J’ai plein de questions ! Je vis à Berlin, et mon passeport arrive bientôt à échéance. Dans ton article, tu dos, que le refaire en France n’est pas une bonne idée. Effectivement, les allers -retours ne m’enchantent pas. Et la chance n’est pas avec moi non plus dans ce genre de situation… Du coup, quelle est la procédure la plus simple d’après toi ?
    Merci,
    Alice

  4. Marie

    Hallo Alice, si tu vis en Allemagne, je pense que toooutes tes questions sont pour moi 😉
    Ahahah oui je te conseille vraiment de refaire ton passeport en Allemagne ! En plus, tu as de la chance, tu es directement à Berlin et tu as juste à te rendre à l’ambassade !
    Il faudra remplir les papiers habituels et donner tes empreintes… rien de plus simple, en vivant à Berlin 🙂
    Hésites pas si tu as d’autres questions ! 😉 Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *